Réouverture Partielle

(2014-02-10)

Le site est réouvert partiellement, mais les forums restent fermés le temps de finir les modifications

(Lire la suite.)

Réouverture en cours

(2014-02-09)

Difficile de ne pas tenir compte de tous vos messages, du simple merci au mail plus long de ce que la Huttevirtuelle vous a apporté.

(Lire la suite.)

Décision du CE du 5/2

(2014-02-05)

Le CE suspend l'arrété a effet immédiat

(Lire la suite.)

En Février & après chaque coup de froid

(2013-02-02)

Reviennent les mêmes débats et la grande question : mais pourquoi le webmaster laisse-t-il marquer ça ou ça ...

(Lire la suite.)

Fermeture de la chasse 59 et 62

(2013-01-24)

En raison "des conditions climatiques" et probablement aussi aux derniers adeptes des tas .....

Fermeture de la chasse des limicoles (prolongation) et anatidés dès ce soir minuit. Seule la chasse des oies reste possible jusqu'au 31/01.

(Lire la suite.)

Bienvenue, Non inscrit

1 2 Dernière
Page 1 sur 2
  1. #1
    chanteuse enrouée
    Inscrit
    mars 2005
    Messages
    16 707

    L' Ecole buissonnière: " Questions de la FNC à N Vanier"

    nterview du réalisateur Nicolas Vanier
    « Les chasseurs et les pêcheurs peuvent et doivent être les gardiens de la nature »
    Cinéaste, reporter, grand voyageur et militant : Nicolas Vanier réaffirme avec ce film ses convictions profondes, celles du retour aux choses simples, d’une écologie portée par des hommes ancrés dans la nature. Explications.La Fédération Nationale des Chasseurs : Votre film L’Ecole Buissonnière porte-t-il sur la chasse ?
    Nicolas Vanier : « Ce n’est pas un film axé sur la chasse. C’est un film qui parle d’un homme qui vit dans la nature et dans la forêt. C’est quelqu’un qui n’est ni pêcheur, ni chasseur. Tout le monde prélève ce dont il a besoin pour vivre dans la nature. Mais de plus en plus via des intermédiaires. Ceux qui prélèvent directement dans la nature se font de plus en plus rare. C’est le message que l’on tente de faire passer dans ce film. Les gens ne se rendent pas compte que tout ce qu’ils utilisent provient de la nature. Aujourd’hui beaucoup d’enfant, à la question d’où vient le lait ?, répondent qu’il provient du magasin alors qu’avant de provenir du magasin, il vient d’une vache. Dans ce film, on voit un homme qui a une relation directe avec la nature. Cet homme a une empreinte écologique beaucoup plus faible qu’un citadin qui entretient avec la nature une relation indirecte. C’est pour ça qu’il faut prendre avec discernement le discours de certains bureaucrates des villes qui lancent des grandes phrases sur l’écologie. Il y a des gens en circuit court qui, certes mangent du poisson, mangent de la viande, et parfois vont la chercher avec un fusil ou une canne à pêche, mais qui respectent beaucoup plus les animaux que les autres. La prise de conscience de ces gens-là sur les dégâts causés à l’environnement se fait de façon très naturelle. »
    La FNC : Vous prônez le retour aux choses simples ?
    N.V. : « Je ne suis pas quelqu’un qui prône le retour de la charrette à cheval, loin de là ! Mais il y a une urgence. Nous consommons beaucoup plus que ce que la terre produit. Il y a un changement de cap qui doit s’opérer notamment dans la réduction du gaspillage qui est absolument gigantesque. Ce gaspillage est souvent proche de zéro pour les gens qui vivent dans la nature. »
    La FNC : Vous-mêmes, quel chasseur êtes-vous ?
    N.V. : « Il s’est passé une grande période de ma vie où la question ne se posait pas parce que je suis né dans la forêt. Quand j’ai traversé la Sibérie par exemple, il m’était indispensable et vital de prélever dans la nature par l’acte de chasse et de pêche, tout ce dont j’avais besoin pour survivre. Pendant deux ans je n’ai vécu presque exclusivement que de la chasse, de la pêche et de la cueillette. »
    N.V. : C’est la première fois que vous vous rapprochez des chasseurs et des pêcheurs pour promouvoir un film. Pourquoi cette démarche ? Qu’attendez-vous du monde de la chasse française ?
    N.V. : « Il est temps, face aux problèmes que sont les nôtres, de réconcilier ceux qui connaissent véritablement la nature et ceux qui utilisent la nature. Je n’ai pas peur d’utiliser le mot utilisateurs de la nature. Les utilisateurs de la nature, ce sont les joggeurs, les pêcheurs, les chasseurs... J’en ai marre des écologistes des villes qui, dans des bureaux, prétendent faire des commentaires sur ce qui doit être fait et ce qui ne doit pas être fait. Les chasseurs et les pêcheurs peuvent être des vigies, de véritables gardiens de la nature. A l’échelle de la France, c’est un tissu d’hommes de terrain, qui connaissent les territoires et les animaux, dont il faut se servir. Il faut écarter des décisions les « écolos extrémistes » (ndlr : les welfaristes). Il faut réconcilier les écologistes et les vrais chasseurs, un peu comme l’a fait Macron avec la Droite et la Gauche. On a en France des « écologistes » qui s’opposent aux chasseurs français alors que dans des tas de pays du monde que je connais bien, les chasseurs et les défenseurs de la nature travaillent ensemble. Le monde de la chasse doit évoluer et en évoluant il doit se réconcilier avec un monde qui se bat pour la sauvegarde des territoires. J’aime à penser qu’au-travers d’un film les chasseurs et de les défenseurs de l’environnement puissent parler, se retrouver. C’est ce que je fais et ce à quoi je propose de participer dans l’avenir. »
    La FNC : Vous avez été vous-même attaqués par des associations dites « écologistes » ?
    N.V. : « Oui notamment sur ma prise de position pour réduire la quantité de loups en France. Il aurait été facile pour moi de ne pas prendre position et de rester dans mon coin. Si je dis qu’il faut limiter dans certaines régions les loups, c’est qu’il y a une vraie problématique autour de cette espèce. Je suis vraisemblablement le plus grand amoureux des loups qui existe en France et l’un des plus grands connaisseurs parce que j’en ai vu comme plus que personne n’en a jamais vu. Et si je dis qu’il faut limiter dans certaines régions les loups, c’est parce qu’il y a des hommes qui subissent la pression de ces animaux. Ces hommes on en a besoin. Ces bergers, qui sont absolument essentiel à l’entretien des territoires, vivent en certains endroits un véritable cauchemar. Il faut prendre tout en considération. On est là avec tout ce que j’aime : le mariage entre des hommes, des animaux et un territoire. C’est l’histoire de tous mes films. C’est facile de dire d’un bureau parisien « ah bah c’est génial qu’il y ait des loups. » Passez un an là-haut dans la montagne ! Or les bergers, grâce à leurs moutons, entretiennent dans la montagne des paysages, dont certains animaux comme le tétras lyre et bien d’autres, ont absolument besoin pour survivre. »
    La FNC : Avec L’Ecole Buissonnière au-delà de la chasse, vous évoquez la ruralité, la tradition, la transmission des valeurs. Y-a-t-il urgence aujourd’hui à évoquer ces sujets ?
    N.V. : « Le grand-père qui apprend à son petit-fils à pêcher, certes il apprend à ferrer un poisson, mais au-delà de ça il transmet des valeurs. Je pense que l’on a perdu ce lien aujourd’hui car le petit fils est sur sa console de jeux ! On a tout à gagner à ce que les générations se retrouvent autour de la pêche, de la chasse, de la cueillette des champignons. Lorsque l’on a tourné cette grande scène de marché en Sologne, les gens sont venus me voir pour me dire « c’est incroyable tout ce que l’on a perdu ! Aujourd’hui on va au marché le plus vite possible. Avant on s’y arrêtait pour discuter. On y réglait ses problèmes ». On a perdu les valeurs de solidarité, de respects, qui ne sont plus forcément transmises d’une génération à une autre. »
    La FNC : Quelle importance attachez-vous à l’utilisation pédagogique de vos films et notamment de celui-ci ?
    N.V. : « Les enfants sont une priorité pour deux raisons : ce sont les enfants qui vont hériter de cette petite terre en mauvaise état et ce sont eux qui vont conduire le pays de demain. C’est pourquoi nous avions mené à mon initiative, avec le précédent gouvernement, le Grenelle de l’Environnement dans les écoles. Je n’ai eu de cesse depuis 15 ans d’accompagner tous mes projets, films ou expéditions, d’actions d’éducation à l’environnement qui permettent aux professeurs de traiter de sujets indigestes avec leurs élèves comme le réchauffement climatique. Lorsqu’on leur raconte que Nicolas est en train de traverser la Sibérie et qu’il a été bloqué car les rivières n’étaient pas encore gelées, ça suscite une interrogation chez les écoliers. Je travaille beaucoup avec le milieu scolaire. J’ai d’ailleurs l’honneur incroyable d’avoir 7 écoles qui portent mon nom. Il est important que les jeunes n’aient pas les mêmes comportements que nous avons eus. »
    La FNC : On peut imaginer que les chasseurs continuent à travailler avec vous, notamment au-travers d’Ekolien, après ce film ?
    N.V. : « C’est quelque chose que j’ai demandé. Au-delà du film j’espère que nous allons construire quelque chose dans la durée, oui. »
    La FNC : Quelle est votre vision de la chasse aujourd’hui ?
    N.V. : « Il faut faire un Grenelle de la Chasse. Il faudrait un secrétariat d’Etat en charge de la chasse et de la faune sauvage en France. Il faudrait avec toutes les instances cynégétiques, remettre tout à plat. Il faut rentrer dans un autre siècle. Il y a des pratiques qui ne devraient plus exister. Ce que je souhaiterai c’est qu’un chasseur éprouve autant de plaisir à tuer un gibier sauvage que de faire un tableau de chasse. L’acte de prélèvement devient un acte respectueux et légitime. Sans aller trop loin, il faudrait faire évoluer la chasse vers une chasse beaucoup plus naturelle. »
    La FNC : Quelle est votre vision sur l’évolution du statut de l’animal ?
    N.V. : « Je suis toujours très mal à l’aise sur cette société qui vise à faire des animaux des hommes. J’ai toujours considéré comme l’homme doit être à sa place et que l’animal aussi. L’animal n’est jamais plus heureux que quand il est à sa place d’animal. Bien évidemment les animaux doivent avoir des droits mais attention à ne pas aller trop loin, à ne pas changer la nature comme disent les indiens. »

  2. #2

  3. #3
    chanteuse enrouée
    Inscrit
    février 2005
    Messages
    8 581
    Je ne peux qu'être d'accord. Que l'on arrête l'artificialisation de la chasse avec ses millions d'oiseaux abattus, c'est bien le terme car ils ne sont pas chassés. Que l'on revienne à une pratique sage de la chasse de nuit où la connaissance est prépondérante,qu'elle s'inscrive, enfin, dans la légalité au niveau de l'utilisation des appelants et du retour des carnets de huttes. Quel'on respecte les oiseaux bousculés par les conditions climatiques et que l'on adapte les munitions aux défis actuels de la pollution par les plastiques. Des millions de bourres en plastiques rejoignent inexorablement mers et océans où elles tuent oiseaux et mammifères marins au grès des crues. Ce n'est pas normal. La FNC aurait du depuis bien longtemps faire pression sur les encartoucheurs pour des munitions propres. au lieu de cela elle masque son incompétence par des opérations de greeenwashing destinées à masquer cette pollution.

  4. #4
    chanteuse enrouée
    Inscrit
    mars 2005
    Messages
    16 707
    N.V. : « Il est temps, face aux problèmes que sont les nôtres, de réconcilier ceux qui connaissent véritablement la nature et ceux qui utilisent la nature. Je n’ai pas peur d’utiliser le mot utilisateurs de la nature. Les utilisateurs de la nature, ce sont les joggeurs, les pêcheurs, les chasseurs... J’en ai marre des écologistes des villes qui, dans des bureaux, prétendent faire des commentaires sur ce qui doit être fait et ce qui ne doit pas être fait. Les chasseurs et les pêcheurs peuvent être des vigies, de véritables gardiens de la nature. A l’échelle de la France, c’est un tissu d’hommes de terrain, qui connaissent les territoires et les animaux, dont il faut se servir. Il faut écarter des décisions les « écolos extrémistes » (ndlr : les welfaristes). Il faut réconcilier les écologistes et les vrais chasseurs, un peu comme l’a fait Macron avec la Droite et la Gauche. On a en France des « écologistes » qui s’opposent aux chasseurs français alors que dans des tas de pays du monde que je connais bien, les chasseurs et les défenseurs de la nature travaillent ensemble. Le monde de la chasse doit évoluer et en évoluant il doit se réconcilier avec un monde qui se bat pour la sauvegarde des territoires.

  5. #5
    chanteuse enrouée
    Inscrit
    mars 2005
    Messages
    16 707
    Citation Envoyé par JJB Voir le message
    N.V. : « Il est temps, face aux problèmes que sont les nôtres, de réconcilier ceux qui connaissent véritablement la nature et ceux qui utilisent la nature. Je n’ai pas peur d’utiliser le mot utilisateurs de la nature. Les utilisateurs de la nature, ce sont les joggeurs, les pêcheurs, les chasseurs... J’en ai marre des écologistes des villes qui, dans des bureaux, prétendent faire des commentaires sur ce qui doit être fait et ce qui ne doit pas être fait. Les chasseurs et les pêcheurs peuvent être des vigies, de véritables gardiens de la nature. A l’échelle de la France, c’est un tissu d’hommes de terrain, qui connaissent les territoires et les animaux, dont il faut se servir. Il faut écarter des décisions les « écolos extrémistes » (ndlr : les welfaristes). Il faut réconcilier les écologistes et les vrais chasseurs, un peu comme l’a fait Macron avec la Droite et la Gauche. On a en France des « écologistes » qui s’opposent aux chasseurs français alors que dans des tas de pays du monde que je connais bien, les chasseurs et les défenseurs de la nature travaillent ensemble. Le monde de la chasse doit évoluer et en évoluant il doit se réconcilier avec un monde qui se bat pour la sauvegarde des territoires.

    JJB:

    Il est vrai qu'aux USA, écologistes et chasseurs travaillent en bonne intelligence pour préserver les milieux ce qui n'est pas le cas en France.

    Sinon, le travail ingrat des sauvaginiers à entretenir les ZH doit être officiellement reconnu et félicité par les pouvoirs publics quant sait comment un milieu humide a vite fait de se fermer avec la végétation haute. Les chasseurs de marais intérieur sont les gardiens et jardiniers d'un patrimoine unique qui (s'il n'y avait pas d'intérêt pour la chasse au GE) auraient depuis longtemps été assèchés dans la plupart des cas. Cf Orx dans les Landes.

    La FNC et les fédérations de chasse seraient bien inspirées de demander des subventions pour les chasseurs qui entretiennent une partie du patrimoine français, riche en biodiversité.

  6. #6
    chanteuse enrouée
    Inscrit
    mars 2005
    Messages
    16 707
    La réserve naturelle du Marais d'Orx - Office de Tourisme de Labenne

    JJB:

    Un exemple à suivre pour réserver la biodiversité et offrir un vaste territoire d'accueil aux migrateurs même si la chasse y est interdite...les marais périphériques y trouvent indirectement un intérêt cynégétique

  7. #7
    Halbran
    Inscrit
    août 2010
    Lieu
    tarnos
    Messages
    315
    Merci pour ta Pub.................

    Il serait temps que la "populace" soit à l'écoute du monde "réel", de celui qui vit au plus près de la nature, car lui, la connait vraiment;

    J'en connais un rayon pour avoir toujours vécu dehors pour mon boulot, nuits et jours, aussi bien en hiver qu'en été, week-end comme jours fériés.
    Et toujours à l'écoute de la vie qui va avec................

  8. #8
    chanteuse enrouée
    Inscrit
    août 2003
    Messages
    7 283
    J aime bien cette phrase qui prône qu un chasseur soit aussi content de tuer un gibier sauvage que de faire un tableau.

    C est le principal problème actuel de la chasse: le manque de reconnaissance de la valeur de l animal sauvage.

    Qui a entraîné toutes les dérives, très bien perçues par les non chasseurs, et qui enlèvent de la crédibilité aux actions benefiques des chasseurs sur les milieux.

    Sans remise en question sur ce sujet, le respect du gibier, dans les actes, et pas que dans de belles phrases sur internet, la chasse perd son âme et sa légitimité.

    Là est l urgence.

  9. #9
    chanteuse enrouée
    Inscrit
    février 2005
    Messages
    8 581
    Nous sommes bien d'accord.

  10. #10
    chanteuse enrouée
    Inscrit
    mars 2005
    Messages
    16 707
    Salut Guéna,

    Oui, comme tu dis.
    Les esquimaux lorsqu'ils tuent un phoque remercient "un esprit " (Chamanisme) pour ce don ôté de la nature.

    https://www.facebook.com/fellows64/?...PSinEw&fref=nf

  11. #11

  12. #12
    chanteuse enrouée
    Inscrit
    mars 2005
    Messages
    16 707
    https://www.facebook.com/fellows64/v...5347765675696/

    JJB:

    Comme quoi les chasseurs ne sont pas que des brutes épaisses....LOL

  13. #13
    Halbran
    Inscrit
    août 2010
    Lieu
    tarnos
    Messages
    315
    https://www.facebook.com/fellows64/v...5347765675696/



    Hé oui, notre ami Peyo est un grand chasseur................. Meilleur sur scène que sur Seine..............

  14. #14
    Halbran
    Inscrit
    août 2010
    Lieu
    tarnos
    Messages
    315
    Pour ceux qui aiment le folk ou le blues, tapez follows lagunak, et vous verrez en œuvre un pur sauvaginier.

    Milesker

  15. #15
    Modérateur
    Inscrit
    août 2003
    Messages
    11 145
    bjour,
    pourrais-tu me donner le tel du type en bleu.
    Je voudrais faire partie de son fan-club.
    Merci

Règles des messages

  • Vous ne pouvez pas créer de sujets
  • Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
  • Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  
  • Les BB codes sont Activés
  • Les Smileys sont Activés
  • Le BB code [IMG] est Activé
  • [VIDEO] code is Activé
  • Le code HTML est Désactivé
Partenaires
XHTML 1.0- Page modifiée le 16/02/2015