Réouverture Partielle

(2014-02-10)

Le site est réouvert partiellement, mais les forums restent fermés le temps de finir les modifications

(Lire la suite.)

Réouverture en cours

(2014-02-09)

Difficile de ne pas tenir compte de tous vos messages, du simple merci au mail plus long de ce que la Huttevirtuelle vous a apporté.

(Lire la suite.)

Décision du CE du 5/2

(2014-02-05)

Le CE suspend l'arrété a effet immédiat

(Lire la suite.)

En Février & après chaque coup de froid

(2013-02-02)

Reviennent les mêmes débats et la grande question : mais pourquoi le webmaster laisse-t-il marquer ça ou ça ...

(Lire la suite.)

Fermeture de la chasse 59 et 62

(2013-01-24)

En raison "des conditions climatiques" et probablement aussi aux derniers adeptes des tas .....

Fermeture de la chasse des limicoles (prolongation) et anatidés dès ce soir minuit. Seule la chasse des oies reste possible jusqu'au 31/01.

(Lire la suite.)

En Février & après chaque coup de froid
(2013-02-02)

Reviennent les mêmes débats et la grande question : mais pourquoi le webmaster laisse-t-il marquer ça ou ça ...

20 ans que je chasse, 20 ans où la défense de la chasse n’a que peu évolué, pas assez rapidement, du moins, pour contrer nos “adversaires”.

J’avais écrit il y a quelque temps un billet avec pour titre « Pour mourir vite vivons cachés ! » mais visiblement certains, sur le site, ne l’ont pas lu ; je vais donc en reprendre l’essentiel et vous exposer ma vision de notre chasse.

Cela fait 20 ans que je chasse, 20 ans que le débat sur les pma existe, bien qu’Internet, les sms et toutes les technologies modernes, tant décriées par certains, n’existaient pas. Pourtant les tableaux des tartarins parvenaient quand même aux oreilles des autres chasseurs, moins rapidement, mais les discussions de parking et de comptoir étaient aussi efficaces que les technologies modernes pour conter les exactions des « tartarins »

20 ans que la philosophie était : Pour vivre heureux vivons cachés, 20 ans de retard dans la prise de mesures pour éradiquer les tartarins adeptes des scores. Heureusement, concernant ce dernier point, les mentalités évoluent et de plus en plus de sauvaginiers savent s’arrêter que ce soit au PMA officiel ou à celui qu’ils se sont fixé eux-mêmes (bien sur inférieur au légal). Et concernant le pma les dernières déclarations du président de la Fédération du 62 me laissent espérer que cela puisse enfin changer. Mais la route sera longue, quand on voit encore certains intervenants niés l’existence même de tel abus raillant ceux qui osent en parler sous prétexte qu’un « Bon Sauvaginier » est un sauvaginier qui se tait, et cela fait au moins 20 ans que cela continue à cause de ce silence…

Eh bien désolé, mais ce n’est pas ma vision des choses. Comment accepter que l’on ne condamne pas des « abrutis » (et je reprends le terme employé par M Schraen président de la FDC 62) capables de faire des cartons sur des siffleurs. Accepterions-nous que des braconniers viennent décimer tous les lièvres d’un secteur sans réagir ? Accepterions nous que des braconniers viennent tuer des chevreuils sans réagir ? Alors oui des bagues seraient « contraignantes », mais avons nous le choix ? Le carnet des bécassiers adaptés aux Sauvaginiers serait il si lourd à porter pour un Sauvaginier équipé d’appeaux, d’appelants, de blettes et de son sac à dos ? Vous avez compris que pour moi l’avenir de la chasse passera par un PMA (ou PQG peu importe le nom) qui soit contrôlable en toute circonstance et période et des sanctions qui permettent de faire réfléchir ceux qui ne veulent rien comprendre.

20 ans que l’on refuse d’être transparent sur nos prélèvements, (et ce n’est pas là de s’arranger vu les décisions récentes de la FNC concernant les carnets de prélèvements). Pourquoi avons nous honte de tuer du gibier ? N’est ce pas la finalité même de l’acte de chasse ? Nous avons pourtant un exemple probant avec la bécassine sourde pour montrer que la connaissance des prélèvements permet d’évaluer les populations et leur santé. Mais cette méconnaissance est aussi suicidaire à l’heure où l’Europe nous demande des comptes justement sur la connaissance de nos prélèvements (que l’on soit pour ou contre on est dedans ….). Suicidaire également car sans cette connaissance comment démentir les calculs des anti chasses : X chasseurs * Y bécasses = Z bécasses tuées … Comment démentir le fait que l’on mette la population ou non en danger ? Comment prouver que le fait de prélever certains animaux est, au final, favorable à la dynamique des populations et que la chasse participe à la préservation des milieux ? Pour moi la chasse se doit d’être totalement transparente, en faisant le ménage dans nos rangs et en adoptant un comportement exemplaire. Peut être que si les fermetures échelonnées de Février avaient été mieux respectées en leur temps ne serions nous pas en train de mendier quelques jours de rallonge par ci par là …. Peut-être que si les petits arrangements politiques entre amis n’existaient pas on se serait vraiment mis au travail pour faire avancer les dossiers sur le long terme plutôt que sur une fin de saison…

20 ans à vivre dans le déni des remontées d’oiseaux (sens nord sud) et de l’évolution des migrations sous prétexte que l’Europe interdirait la chasse en période prénuptiale. Pas sûr que de nier le fait de voir remonter des oies (quelles idiotes ces oies, si seulement elles pouvaient être aussi discrètes que les bécassines …) fin janvier début février, nous aide à montrer qu’il ne s’agit pas de période prénuptiale et quand bien même s’il s’agissait de période prénuptiale, on pourrait alors évoquer la possibilité de les chasser pour en limiter l’effectif … Encore faudrait il connaître nos prélèvements et on pourrait alors comparer avec nos voisins hollandais qui se voient dans « l’obligation » de détruire les oies ; ce qui au fond n’est guère différent des destructions des pigeons ramiers ou des bernaches du Canada que l’on pratique chez nous. On pourrait alors se trouver dans le cas des chasseurs nord américains avec l’oie des neiges…

Le monde de la chasse doit communiquer sur les études qu’il mène, les diversifier, non pas dans le but d’augmenter les périodes de chasse, mais bien d’augmenter nos connaissances des espèces. Communiquer également sur la préservation des milieux préservés par l’activité cynégétique et des réserves que le monde de la chasse gère. De cette ouverture et communication au monde extérieur viendront notre survie. Avant de revendiquer toujours plus ne vaut il pas mieux préserver ce que l’on a ?

Quand à l’ambiance sur les forums, malheureusement c’est l’effet pervers de discuter d’une passion si captivante, avec nos différences régionales, par écrit sans l’intonation qui change tout, sans vis à vis, sans forcément connaître nos interlocuteurs et leurs opinions. Qui peut prétendre aujourd’hui avoir la solution magique pour sortir la chasse du gibier d’eau du marasme dans lequel elle se trouve… C’est le défaut d’internet et aussi sa force : permettre à des personnes de tout âge et de tout horizon d’échanger sur un sujet commun. Difficile de tous se connaître et de tous s’apprécier, difficile de partager et d’échanger nos visions de la chasse avec autant de différences régionales, voir même entre l’intérieur et la côte, tant de différences qui devraient faire notre force.

Rêvons d’une éthique commune qui rassemblerait la majorité des Sauvaginiers qui, dans le fond, partage la même passion pour les migrateurs.

Jérôme

Partenaires
XHTML 1.0- Page modifiée le 07/02/2014