Bonne Ouverture 2020

(2020-08-01)

Bonne ouverture aux sauvaginiers du DPM.

(Lire la suite.)

Bonne Ouverture 2018

(2018-08-04)

Bonne ouverture 20128 à tous les sauvaginiers

(Lire la suite.)

Bienvenue, Non inscrit

  1. #1
    Modérateur
    Inscrit
    août 2003
    Messages
    12 615

    migration des passereaux chanteurs

    Animals have a habit of moving. Sometimes these movements are truly epic. Migratory birds regularly traverse the globe between temperate and tropical regions, a feat that would require considerable pharmaceutical protection from disease if you or I were to attempt it.
    For example, Afro-Palaearctic migratory birds travel thousands of kilometres twice a year between their wintering grounds in tropical Africa and their European breeding grounds. Other relocations may be more permanent, such as when species colonise new regions. As they migrate or colonise new areas, they are exposed to entirely new communities of pathogens – disease causing agents, such as bacteria and viruses. But what effect do these incredible journeys have on their immune system?
    In our new study, my colleagues and I set out to map the origin of European and African songbirds, to see how their immune systems have developed as they colonised new areas and began to migrate. What we found was surprising: European and migratory songbirds both came from Africa. And this migration and colonisation of new habitats changed their immune systems in a way that suggests they no longer need to worry about African pathogens.
    Scientists have long argued about the direction of colonisation routes between Europe and Africa – did European birds come from Africa, or did African birds come from Europe? To answer this, we reconstructed the past distributions of over 1,300 African and European songbirds over the past 45m years based upon where they live now and how they are related, their genealogy.
    The birds we studied fall into two main groups: species that live all year-round in either Africa or Europe (residents), and species that migrate to breed in Europe and spend their winters in Africa (migrants). We saw that resident European songbirds have African ancestors, indicating that colonisation occurred out of Africa and into Europe. Similarly, migratory species also have African ancestry, suggesting that migration evolved as African species shifted their breeding ranges into Europe.
    Use it or lose it immunity

    The out-of-Africa direction of movement in both migratory and resident songbirds means that these species moved from regions of high to low pathogens, because there are more pathogens closer to the equator. To see how this reduction in pressure from pathogens affected the immune systems of these species, we looked at a subset of birds and examined their genetic profiles.
    We focused on genes involved in pathogen recognition, known as the major histocompatibility complex (MHC) genes, which are vital in getting the immune system to respond to threats. The higher the diversity of MHC genes an individual has, the more pathogens they can potentially recognise.
    Emily O’Connor sequenced the immune genes of 32 species of songbird. Aron Hejdstrom We compared the resident European birds (which had migrated out of Africa and colonised Europe) with the resident African birds, to see if there were any differences in the diversity of their MHC genes. As expected, we found that the species that left Africa had a less diverse set of immunity genes.
    In other words, evolution has seen to it that species have the immune system that they need, and complexity in the immune system is lost if the birds move to an area with fewer pathogens. One reason for this loss of complexity may be that an unnecessarily complex immune system could be an evolutionary disadvantage, since it may increase the risk of damage from misdirected immune responses, for example through auto-immune diseases.
    But what about the migratory birds? These are an interesting case, as they breed in Europe, but spend most of the year in pathogen-rich Africa. These birds have to deal with the pathogens present in both Europe and Africa. We expected these migratory species to have the most diverse set of immunity genes of all the species we examined.
    Surprisingly, this was not the case. Migrants had similar MHC diversity to that of European species. That is to say, migrants actually had less diverse immunity genes than species that live all year in Africa.
    The European redstart winters in Africa and breeds in Europe. Thomas Alerstam So what is going on? As I mentioned earlier, the migratory birds leave Africa for Europe to breed. In doing so, they appear to escape pathogens. This shows that the breeding season is a particularly formative period for the development of the immune system in these birds.
    Perhaps this is because when they are breeding they are especially vulnerable to pathogens as their resources are diverted to reproduction. Another possibility is that this is when they encounter many pathogens for the first time (as chicks), making it an influential phase for the immune system. Either way, breeding in Europe as opposed to Africa, appears to have significantly reduced the number of pathogens these birds have to cope with.
    Insights into vertebrate immunity

    The results of our study show that living in areas with fewer pathogens can, over evolutionary time, lead to a reduction in the complexity of the immune system. This matters because all vertebrates, including birds and humans, share common features in their immune systems. In other words, the more we know about the factors that shape vertebrate immunity in general, the better we will understand our own immune system and the patterns of biodiversity that we see around the world today.
    So what else might birds be able to tell us about the evolution of immune systems? Interestingly, New World songbirds are believed to have colonised the Neotropics (tropical areas of North, Central and South America) from the north – the exact opposite of what we see in Africa and Europe. It seems that these birds migrated towards pathogens.
    It would be fascinating to see whether this has resulted in the opposite pattern in their immune systems, whereby birds in North America have more complex immune systems than those at the tropics. This is the next question for us to answer and will no doubt be the topic of future research.

  2. #2
    Modérateur
    Inscrit
    août 2003
    Messages
    12 615
    Passionnant!

  3. #3
    chanteuse enrouée
    Inscrit
    février 2005
    Messages
    10 286
    Sans doute, fais nous la traduction. Merci.

  4. #4
    court cri
    Inscrit
    février 2015
    Messages
    622
    Bon le gars c est parler anglais apparemment..........

  5. #5
    chanteuse
    Inscrit
    octobre 2013
    Messages
    2 921
    Adaptation extraordinaire des migrateurs .
    Dans la vie il faut être têtu mais aussi écouter les autres.

  6. #6
    Désinscrit
    Inscrit
    mars 2005
    Messages
    18 098
    Migration des passereaux chanteurs
    Les animaux ont une habitude de déplacement. Parfois ces mouvements sont vraiment épiques. Des oiseaux migrateurs traversent régulièrement le globe entre des régions tempérées et tropicales, un exploit qui exigerait la protection pharmaceutique considérable de la maladie si vous ou moi devions l'essayer.
    Par exemple, le voyage d'oiseaux Afro-Palaearctic migrateur des milliers de kilomètres deux fois par an entre leur hivernage grince en Afrique tropicale et leurs zones de reproduction(terrains propices) européennes. D'autres transferts(délocalisations) peuvent être plus permanents, comme quand l'espèce colonise de nouvelles régions. Comme ils migrent ou colonisent de nouvelles zones(domaines), ils sont exposés aux entièrement nouvelles communautés de pathogens - la maladie causant des agents, comme des bactéries et des virus. Mais quel effet ces voyages incroyables a-t-il sur leur système immunitaire ?
    Dans notre


    JJB:

    Texte trop long et devant être traduit en deux ou trois temps (suite à venir)

  7. #7
    Désinscrit
    Inscrit
    mars 2005
    Messages
    18 098
    (suite du texte)
    Dans notre nouvelle étude, mes collègues et moi-même fixés à la carte l'origine des oiseaux chanteurs d'Europe et d'Afrique, pour voir comment leur système immunitaire ont mis au point qu'ils ont colonisé de nouveaux domaines et ont commencé à migrer. Ce que nous avons trouvé est surprenant : les Européens et les oiseaux chanteurs migrateurs venus d'Afrique. Et cette migration et la colonisation de nouveaux habitats changé leur système immunitaire d'une manière qui suggère qu'ils n'ont plus besoin de s'inquiéter à propos de African pathogènes.
    Les scientifiques ont longtemps débattu sur le sens de la colonisation des routes entre l'Europe et l'Afrique - n'oiseaux européens viennent d'Afrique, ou des oiseaux d'Afrique ne viennent de l'Europe ? Pour répondre à cette question, nous avons reconstruit le passé des distributions de plus de 1 300 oiseaux chanteurs africains et européens au cours des 45m d'années en fonction de l'endroit où ils vivent aujourd'hui et comment ils sont liés, leur généalogie.
    Nous avons étudié les oiseaux se répartissent en deux groupes principaux : les espèces qui vivent toute l'année en soit l'Afrique ou de l'Europe (résidents), et des espèces qui migrent pour se reproduire en Europe et hivernent en Afrique (migrants). Nous avons vu que les oiseaux chanteurs européens résident ont ancêtres africains, indiquant que la colonisation s'est produite hors de l'Afrique et en Europe. De même, les espèces migratrices ont également d'ascendance africaine, ce qui suggère que la migration a évolué comme espèce africaine déplacé leurs aires de reproduction dans l'Europe.
    L'utiliser ou la perdre


    l'immunité de l'Afrique de l'extérieur de la direction du mouvement dans les deux oiseaux chanteurs migrateurs et résidents signifie que ces espèces déplacé de régions de haute à basse pathogènes, parce qu'il y a plus d'agents pathogènes plus près de l'équateur. Pour voir comment cette réduction de la pression exercée par les agents pathogènes le système immunitaire de ces espèces, nous avons examiné un sous-ensemble d'oiseaux et examiné leurs profils génétiques.
    Nous nous sommes concentrés sur les gènes impliqués dans la reconnaissance des pathogènes, connu comme le complexe majeur d'histocompatibilité (CMH) de gènes, qui sont essentiels pour obtenir le système immunitaire à répondre aux menaces. Plus la diversité des gènes du CMH une personne a, plus ils sont susceptibles de reconnaître les agents pathogènes.
    Emily O'Connor ont séquencé le gène immunitaire de 32 espèces d'oiseaux chanteurs. Aron Hejdstrom Nous avons comparé les oiseaux européens résident (qui avaient migré hors d'Afrique et colonisé l'Europe) avec les oiseaux d'Afrique, pour voir s'il y avait des différences dans la diversité de leurs gènes du CMH. Comme prévu, nous avons constaté que les espèces qui avaient quitté l'Afrique moins un ensemble diversifié de gènes de l'immunité.
    En d'autres termes, l'évolution a vu à ce que les espèces ont le système immunitaire que dont ils ont besoin, et la complexité du système immunitaire est perdu si les oiseaux se déplacent vers une zone avec moins d'agents pathogènes. L'une des raisons de cette perte de la complexité peut être qu'un système inutilement complexe système immunitaire pourrait être un désavantage évolutif, puisqu'il peut augmenter le risque de dommages par les réponses immunitaires mal dirigés, par exemple par le biais de maladies auto-immunes.
    Mais qu'en est-il de l'oiseaux migrateurs ? Il s'agit d'un cas intéressant, car ils se reproduisent en Europe, mais passent la majeure partie de l'année en Afrique, riche en agents pathogènes. Ces oiseaux ont à traiter avec les agents pathogènes présents en Europe et en Afrique. Nous nous attendions à ce que ces espèces migratrices d'avoir le plus d'ensemble divers de gènes de l'immunité de toutes les espèces que nous avons examinés.
    Étonnamment, ce n'était pas le cas. Les migrants ont des MHC la diversité pour que des espèces européennes. C'est à dire, les migrants ont eu réellement l'immunité moins diversifié de gènes que les espèces qui vivent toute l'année en Afrique.
    L'hivers rougequeue en Afrique et se reproduit dans l'Europe. Thomas Alerstam ainsi ce qui se passe ? Comme je l'ai mentionné plus tôt, les oiseaux migrateurs quittent l'Afrique pour l'Europe pour se reproduire. Ce faisant, ils semblent échapper à des agents pathogènes. Cela montre que la saison de reproduction est une période de formation en particulier pour le développement du système immunitaire chez ces oiseaux.
    Peut-être est-ce parce que lorsqu'ils se reproduisent elles sont particulièrement vulnérables aux pathogènes que leurs ressources sont réaffectées à la reproduction. Une autre possibilité est que c'est lorsqu'ils rencontrent de nombreux pathogènes pour la première fois (comme les poussins), ce qui en fait une phase d'influence pour le système immunitaire. De toute façon, l'élevage en Europe, par rapport à l'Afrique, semble avoir réduit considérablement le nombre de pathogènes ces oiseaux ont à faire face.
    Perspectives sur l'immunité des vertébrés


    Les résultats de notre étude montrent que dans les régions avec moins d'agents pathogènes peuvent, au cours de l'évolution, conduire à une réduction de la complexité du système immunitaire. Ceci est important parce que tous les vertébrés, y compris les oiseaux et les êtres humains, ont des caractéristiques communes dans leur système immunitaire. En d'autres termes, le

  8. #8
    Désinscrit
    Inscrit
    mars 2005
    Messages
    18 098
    (fin du texte)


    Les résultats de notre étude montrent que dans les régions avec moins d'agents pathogènes peuvent, au cours de l'évolution, conduire à une réduction de la complexité du système immunitaire. Ceci est important parce que tous les vertébrés, y compris les oiseaux et les êtres humains, ont des caractéristiques communes dans leur système immunitaire. En d'autres termes, plus nous en savons sur les facteurs qui façonnent l'immunité des vertébrés en général, mieux nous comprendre notre propre système immunitaire et les tendances de la biodiversité que nous voyons aujourd'hui dans le monde.
    Alors, que les oiseaux d'autre pourrait être en mesure de nous dire sur l'évolution des systèmes immunitaire ? Fait intéressant, nouveau monde oiseaux chanteurs sont soupçonnés d'avoir colonisé la région néotropicale (régions tropicales d'Amérique du Nord, Centrale et du Sud) par le nord - l'exact opposé de ce que nous voyons en Afrique et en Europe. Il semble que ces oiseaux ont migré vers des agents pathogènes.
    Il serait fascinant de voir si cela a abouti à l'inverse dans leur système immunitaire, par laquelle les oiseaux en Amérique du Nord ont des systèmes immunitaires plus complexes que ceux de la zone tropicale. C'est la prochaine question pour nous de répondre et sera sans aucun doute le sujet de recherches futures.

Règles des messages

  • Vous ne pouvez pas créer de sujets
  • Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
  • Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  
  • Les BB codes sont Activés
  • Les Smileys sont Activés
  • Le BB code [IMG] est Activé
  • [VIDEO] code is Activé
  • Le code HTML est Désactivé
Partenaires
- Page modifiée le 18/10/2017